dimanche 11 décembre 2016

3 mots de plus ...


 il faut bien calmer un peu sa tête
et c’est difficile d'ordonner à l'intérieur quand on aime laisser ses portes grandes ouvertes sur la vie,
quand on aime que l’air circule et chatouille en petite brise chaude,
quand on aime que  tout s'échappe s'envole, virevolte et se mélange, se promène dans la tête parce que c'est bien de faire se rencontrer et se croiser les souvenirs avec ceux qu'on n'a pas et même qu'on ouvre ses fenêtres pour que des histoires et des rêves d'ailleurs viennent combler tous ces espaces, tous ces entre-deux, tous ces vides, sortes d'oublis mis à l'écart de la mémoire comme pour pas déranger.
C'est dans l'apesanteur de cette tête à l'envers où même Mary Poppins n'arrive à rien, qu'une petite fille peut croiser son ancien petit copain, un vieux monsieur maintenant et que cet effleurement érotique a valeur d'amour parce qu'elle n'en a plus.
Alice n'est pas seule et le lapin est mort depuis longtemps, reste l'émotion qui entoure son souvenir ... son souvenir.
pas envie de ranger,
trop peur que le gris du quotidien lave les couleurs de mon jardin d'Alice et que le Fado ne vienne remplacer ce Tango qui chaloupe mon coeur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire